Le ski alpin

Le ski alpin est un ensemble de disciplines du ski qui se pratiquent dans un contexte de loisirs (ski de piste ou hors-piste) ou de compétition (slalom et épreuves de vitesse). Dans ce cadre, c’est un sport olympique depuis 1936.

La dénomination « alpin » permet de faire la distinction entre les principales familles de pratique du ski : le ski alpin, le ski de randonnée et le ski nordique. Elle est par ailleurs souvent utilisée pour désigner le ski de piste qui n’en est qu’une composante.

Provenant des pays scandinaves (la Norvège en grande partie), le ski alpin est un dérivé du ski nordique. Il faut remonter jusqu’en 1880 pour voir apparaître les premiers skis conçus pour la descente, et, inventés par les Norvégiens, aussi inventeurs du Télémark. Les premières règles codifiées du ski alpin sont établies en Autriche par Mathias Zdarsky et Hannes Schneider, en 1896.

En France, le ski alpin arrive en 1897 sur le Mont Guillaume dans les Hautes-Alpes, sous l’impulsion du 28e bataillon des chasseurs alpins. Le ski est d’ailleurs introduit dans l’armée au tout début du XXe siècle. C’est en Suisse, à Davos que sont organisés les premiers concours internationaux de ski. Ces derniers qui ont lieu en 1902 et 1907, sont alors réservés uniquement aux militaires.

En 1911, Arnold Lunn organise la première compétition à Crans Montana en Suisse. Ce n’est que dix années plus tard qu’apparaît la première véritable école de ski à Sankt-Anton en Autriche, ce qui entraîne en même temps, la naissance du slalom. Deux ans plus passent et les fédérations se créent. La Fédération internationale de ski (FIS) et la Fédération française de ski (FFS) sont inaugurées à l’occasion des premiers Jeux Olympiques d’hiver à Chamonix qui ont lieu en 1924. Malheureusement, seul le ski nordique y est présent. Il faut patienter jusqu’en 1931 et les premiers championnats du monde de ski Alpin (organisées en Suisse par Arnold Lunn) pour faire adopter les épreuves alpines à la Fédération internationale. Le ski alpin est alors intégré aux Jeux Olympiques de 1936 à Garmisch-Partenkirchen.

Les disciplines du ski alpin

Il existe six disciplines en ski alpin qui sont courues chaque année de novembre à mars en Coupe du monde de ski alpin et sont toutes présentes aux Jeux olympiques d’hiver et aux championnats du monde de ski alpin. Ce sont des courses contre la montre, le skieur déclenche lui-même le chronomètre par l’ouverture d’un portillon et l’arrête au franchissement d’une cellule photo-électrique. Le coureur descend un parcours dessiné par des portes délimitées par deux piquets, il doit franchir toutes les portes.

Les 6 disciplines sont : la Descente, le Slalom, le Slalom géant, le Super-G, le Combiné et les Compétitions de ski parallèle.

Le ski alpin se pratique normalement avec deux bâtons (un pour chaque main) et deux skis (un pour chaque pied). Le contrôle des skis est assuré par les chaussures de ski maintenues aux skis par des fixations. Un casque est parfois porté pour protéger la tête des impacts entraînés par une collision avec la neige, d’autres skieurs ou des obstacles ou encore pour améliorer l’aérodynamisme. Lors des compétitions, le port de ce casque est obligatoire et les skieurs participant à des épreuves de haut niveau peuvent être équipés de combinaisons collantes à la peau. Elles améliorent la pénétration dans l’air et leur élasticité facilite les mouvements.