Le wingsuit

Le wingsuit, vol en wingsuit ou vol en combinaison ailée est un type de saut effectué à l’aide d’une combinaison de saut souple en forme d’aile. Cette dernière est utilisée dans les sports extrêmes, notamment par des parachutistes pour modifier le frottement de l’air sur leur corps afin d’augmenter la portance. Ces combinaisons se gonflent d’air dès que le parachutiste se lance du haut d’une falaise ou sort de l’avion. Elles permettent de réduire leur vitesse de chute en la convertissant en vitesse horizontale. Un vol en wingsuit se termine par l’ouverture d’un parachute.

Lorsqu’il est combiné au BASE jump, le vol en wingsuit est une pratique dangereuse.

À partir d’un avion (parachutisme conventionnel), le saut en Wingsuit rend plus difficile les procédures d’urgence, pour cette raison, il est réservé aux parachutistes confirmés (plus de 150 sauts, assortis d’un brevet de Parachutiste Autonome appelé BPA). Certaines combinaisons comme la Access facilitent la transition depuis la chute libre tout en réduisant les risques (retour à plat facilité, accès aux poignées de libération et réserve).

En paralpinisme (BASE jump depuis une falaise), le vol en wingsuit est connu pour augmenter encore la technicité du saut (mauvaise appréciation de l’altitude, risque d’instabilité majoré, goût pour la proximité). Dans les années 2010, il coûte la vie chaque année en moyenne à une vingtaine de base-jumpers dans le monde entier. Le 5 octobre 2003, les parachutistes et BASE jumpers Jeb Corliss et Dwain Weston (en) effectuent un saut en wingsuit ensemble, prévoyant d’exécuter une figure près du Royal Gorge Bridge dans le Colorado. Weston calcule mal la force du vent et sa distance par rapport au pont. Il entre en contact violemment avec ce dernier à une vitesse estimée à environ 160 km/h et meurt sur le coup.

Il est indispensable de maîtriser parfaitement le vol depuis un avion avant de se lancer depuis une falaise. À ce sujet, l’Association de paralpinisme recommande d’effectuer au minimum 200 sauts en falaise, en plus des 300 à 400 sauts préalables en avions, avant de se lancer en wingsuit.

La vitesse d’avancement moyenne d’une wingsuit est d’environ 160 kilomètres par heure (100 mph).